prendre du volume fessier

PRENDRE DU VOLUME FESSIER

Le sujet de l’année. Celui-là, tu l’attendais le pied ferme. Parce que la culotte rembourrée ça ne te plaît pas trop : la sensation d’être en permanence assise sur le coussin de la chaise de maminette, moyen. Et puis côté glamour, on n’y est pas, mais alors pas du tout… ! Alors trêve de blabla, je te raconte tout ce que tu dois savoir pour le bien de ton popotin. 

Les bases

Je me permets un rappel anatomie, rapide promis. Il faut intégrer que la forme de ton fessier est génétique (merci maman, merci papa, ou pas). Les insertions des muscles sont tout simplement différentes selon les personnes. On peut améliorer son popotin MAIS on ne peut pas faire d’un triangle un rond, par contre on peut améliorer le triangle, tu vois l’idée ?

Autre chose, savais-tu que ton cher fessier est le plus puissant muscle de ton corps ? Et ouais Mireille, tu as donc toutes tes chances d’agir dessus ! D’ailleurs, tu n’as pas qu’un seul muscle fessier. Et là, tu vas me dire “ évidemment on a la fesse droite et la gauche…“ Mais ce n’est pas aussi simple que cela. Nous avons le grand, moyen et petit fessier. Autrement dit, si tu comptes bien ça fait 3, et ce que tu appelles “fesse droite et gauche” correspondent à ton grand fessier. Il est effectivement plus important et plus visible, mais sans ses compères, il n’est rien. Alors on se bouge le popotin tout entier !

Comment je fais ?

Tu te procures notre appareil fessier ! Ceci dit… Cela reste une excellente idée. 

Un des trucs qui peut faire la différence : c’est de combiner des exercices polyarticulaires et d’isolation. En salle ou à la maison ? Comment choisir ?

Peu importe, comme tu le sens, le tout est le travailler en intensité, ce qui veut dire difficulté ! Relis cette phrase… Il y a deux mots en 4 syllabes ayant pour dernière lettre, la voyelle “é” focus là-dessus. Si tu comptais faire 10 min de levée de gambettes, dans ton salon, telle une déesse, tu n’y es pas. Il va falloir transpirer – enfin cela dépend, il y en a qui restent déesses- m’enfin les traces de sueurs dans l’entre jambes ça loupe rarement, désolée.

Donc, pour résumé, si c’est trop facile, tu rajoutes du poids, de la résistance (via un élastique par exemple) ou les deux ! Tu peux jouer sur les temps de repos, en les abaissant ! Il faut que tu sortes de ta zone de confort !! 

Ceci dit, je fais un petit aparté, mais tu te doutes bien qu’à un moment donné, la version salle permet une plus grosse marge de progression due a la possibilité d’augmenter les poids au fur et à mesure. Je rassure celles qui avaient l’intention de fuir les salles, en investissant dans un petit matériel de base, c’est aussi possible avec le programme maison. Le tout est d’augmenter la difficulté graduellement. Il ne faudra jamais rester dans sa zone de confort comme je l’ai dit précédemment.

Les conseils qui suivront vont peut-être te sembler un peu bateau (vieille expression argotique) mais crois-moi, sur parole d’ours, c’est dans ton intérêt de les appliquer: Boire – Manger – Dormir. Allez, Salut ! Oui, je développe, t’inquiète pas Mireille ! 

Boire, c’est rester en vie. Savais-tu qu’en moyenne, tu élimines 2L d’eau par jour ? Alors imagines ce qu’il se passe lorsque tu pratiques une activité physique ! Prends le réflexe de boire tout au long de la journée, il faut boire avant d’avoir soif ! 

Manger : il faut manger suffisamment. Rare sont les personnes qui comptent leurs calories journalières, et pour cause : c’est fastidieux. Je ne t’y forcerai pas, mais je te propose de le faire, juste sur une journée type, sans tricher, pour voir. Peut-être que tu fais partie de ces personnes qui pensent manger convenablement alors qu’en réalité, tu es loin du compte… Allez, sors ta calculette ! (CF article)

Note : les protéines sont très importantes, ce n’est pas un mythe, je confirme. Et je te recommande de varier les sources.

Dormir, BIEN dormir même. Il te faut privilégier des nuits de qualité, c’est la clé d’un sommeil réparateur pour que ton corps se régénère, et donc par la même occasion tes muscles aussi, tu verras, ils t’en remercieront. Si tu as du mal à dormir, je te renvoie vers cet article. 

Enfin, pour permettre à ta progression d’être optimale, je te recommande d’éviter de faire du cardio LONG après ta séance fessier. La raison en est simple, ton corps va puiser le peu d’énergie qu’il lui reste dans ses fibres musculaires. Étant donné que tu cherches à en construire ce n’est pas un bon plan. En effet, lorsque tu souhaites augmenter le volume de ton fessier, tu vas forcément faire une séance de musculation ciblée bas du corps, les jambes seront aussi recrutées (oui, on ne construit pas un boule qui chamboule sans jambes). Faire du cardio par la suite n’est donc pas la meilleure idée qui soit, puisque les jambes seront forcément recrutées alors qu’elles auront déjà été affaiblies auparavant. Je te recommande de laisser passer 4h minimum entre une session bas du corps et du cardio. Si vraiment, tu as besoin de te défouler après ta séance, reste sur une intensité faible à modérée, 20 min maximum, autrement la prise musculaire en sera entachée. 

Et puis bien sûr, sois patiente, j’aurais dû commencer par ça voyons ! Je l’ai déjà dit, mais notre appareil pour fessier ne s’est pas construit en un an ! De sérieux résultats sont arrivés au bout de 4 semaines ! Certaines iront plus vite, d’autres plus lentement. Soyez patiente et n’abandonnez pas !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :